L’Haptonomie

Nos histoires personnelles, nos modes de vie, nous ont parfois contraints à des réflexes de replis naturels et ajustés face aux agressions extérieures. Ces fonctionnements de survie, par leur répétition, se sont parfois incrustés dans notre quotidien au point de se manifester en-dehors de circonstances objectives d’agression extérieure, limitant ainsi notre perception du monde tel qu’il est, notre capacité de discernement, notre ouverture à la vie et aux autres, et donc notre plaisir de vivre.

L’Haptonomie, la « Science de l’Affectivité », élaborée par Frans Veldman, a permis de comprendre et de conceptualiser ces fonctionnements de replis/insécurité/survie et d’ouverture/sécurité/vie, et surtout d’expérimenter comment passer consciemment de l’un à l’autre.

Cette démarche permet donc de réapprendre, parfois même d’apprendre, comment s’ouvrir à la perception de l’autre dans sa globalité, et dans cette ouverture comment le rencontrer affectivement, d’être à être, dans le respect, l’authenticité et la clarté.
Cette capacité de rencontre peut se vivre avec nos proches, l’enfant ou la personne âgée, et pour les soignants avec le malade, ... L’Haptonomie nous soutient donc dans une ouverture au monde et à tous les êtres vivants, dans le plaisir de la rencontre et le bonheur de pouvoir se sentir ouvert.

L’Haptonomie est déclinée dans différents champs : l’obstétrique, la périnatalité, la puériculture, les soins médicaux et infirmiers, la psychothérapie ...
Plus concrètement, l’Haptopsychothérapie propose traditionnellement 3 séances de découverte. Il s’agit d’expériences offrant des repères clairs sur la capacité de la personne d’être au monde, et permettant d’orienter le travail thérapeutique, dans le soutien de son désir vital profond.
Ces expériences de perception sont facilitées en étant dévêtus (en sous-vêtements ou en maillot), toujours dans le respect des possibilités de chacun.

 

La Gestalt

Chaque individu ne peut être isolé de l'environnement dans lequel il évolue. La Gestalt regarde comment cette interaction s'élabore. Et donc aussi comment la personne entre en contact avec son psychothérapeute, sorte de métaphore de son rapport au monde. Mais le thérapeute ne se contente pas d'être un observateur bienveillant ou un miroir soutenant, il s'engage comme personne dans la relation thérapeutique en mettant au service de son patient/client comment il est touché lui-même dans la rencontre. Cette authenticité et cet engagement du thérapeute permettent à la personne de se redécouvrir et d'explorer dans une atmosphère de soutien, de non-jugement, d'autres façons de rentrer en contact avec le monde.

Ce cheminement permet de se dégager progressivement de ce que l'on a fait de nous, de découvrir une liberté d'être autrement, et donc de devenir responsable aujourd'hui de nos fonctionnements, de devenir l'artisan de notre propre vie.